Publié par : rdegreve | avril 17, 2011

Une conférence à Varilhes

Conférence

Samedi 26 mars dernier, à la salle Jean-Jaurès de Varilhes, s’est tenue une conférence sur Le sauvetage des Juifs en Ariège pendant la Seconde guerre mondiale.

Morgane Laberty

Morgane Laberty entre des dirigeants des associations invitantes

Il y avait affluence, parmi laquelle assez peu de gens jeunes : si on ne peut que se réjouir de voir réunies des personnes qui ont connu la Seconde guerre mondiale ou dont les parents l’ont connue, la quasi-absence des jeunes me semble préoccupante. Ci-dessous, une exception :

Un lycéen prend la parole à la conférence de Morgane Laberty

Un lycéen prend la parole

La conférencière était Morgane Laberty, qui a étudié le sujet pour son mémoire de master2 à l’Université du Mirail à Toulouse. Elle a fait pour son exposé un choix adapté à la situation : pour illustrer chaque partie de son étude, quelques exemples concrets de situation en Ariège. Ainsi nous sommes-nous successivement intéressés – la liste n’est pas exhaustive – aux religieuses du couvent de Loumet à Pamiers ou de l’hôpital de Lavelanet, à des secrétaires de mairies et à des employés de préfectures, à des paysans et à des ouvriers.

Les analyses de la conférencière sur les personnes qui ont agi en faveur des Juifs pendant la Guerre, selon leur catégorie socio-professionnelle, leur religion ou leur orientation politique ne donnent pas de résultats en faveur d’un type de personnes qui s’engageraient : tout le monde s’accorde finalement pour reconnaître que les Justes se retrouvent dans tous les milieux et que leurs décisions découlent de motivations personnelles.

Plusieurs témoins interviewés par la jeune historienne sont là, dont un qui exprime son émotion d’écouter un récit d’événements qu’il connaît bien, mais qui sont ici racontés par une personnalité extérieurs à sa famille.

Témoignage

Une des personnes interviewées par Morgane Laberty dans son mémoire prend la parole

Parmi les interventions du public, je voudrais mentionner spécialement celle qui concerne Jean Ferrat : il semble que la famille Tenenbaum a séjourné quelques temps dans une famille paysanne de l’Ariège. Une enquête est lancée, d’autant plus que Morgane Laberty a cité une famille du même nom qui a été cachée à Fabas. Affaire à suivre !

Plusieurs personnes du public prennent la parole pour exprimer leur crainte d’un retour actuel de certaines idées nauséabondes des années 1930.

En résumé, une excellente soirée et une initiative à renouveler : les conférences sont en effet un très bon moyen de faire se rencontrer des chercheurs et un public concerné et passionné.

Le public

Une vue d'une partie du public

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :